Pourquoi pas

Pourquoi pas entreprendre : Morgane Hornsperger

LIVE Instagram du 6 Janvier 2022 – a retrouver en IGTV ici

  • Ronja : Bonjour à toutes et à tous, nous sommes jeudi, il est 19 heures. Nous allons parler du sujet de l’entreprenariat. En parlant de l’entrepreneuriat, c’est aussi se retrouver un jeudi soir en plein milieu la Bretagne, sur un  parking pour faire un live parce que l’entrepreneuriat veut qu’on enchaîne des rendez-vous depuis 6 heures ce matin et je ne suis toujours pas de retour sur Brest – c’est très joli ici, je ne saurai pas vous dire où je suis, je suis à côté de la voie expresse, c’est très joliment décoré ! Donc bonsoir à toutes et à tous, on va commencer tout de suite et arrêter de parler de mes journées chargées ! Bonsoir Morgane, je vois que tu es mieux organisée que moi dans tes rendez-vous car tu es déjà rentrée ! 
  • Morgane : Bonsoir ! J’espère que tu vas avoir assez de réseau dans ton village joliment éclairé ! 
  • Ronja : J’espère, je suis en 4G, donc si tu m’entends bien ça devrait le faire ! 
  • Morgane : C’est parfait pour moi.
  • Ronja : Parfait ! J’avais prévu d’être rentrée mais bon et au final non !
  • Morgane : C’est parfait, on va parler de soft skills donc là on est en plein dans l’adaptabilité tu vois !
  • Ronja : Voilà, effectivement on va parler de pourquoi pas entreprendre et on va commencer tout de suite, je te laisse d’abord te présenter. Je l’ai déjà dit tu t’appelles Morgane, mais qu’est ce que tu fais, dans quoi est-ce que tu t’es lancée ? Ce n’est peut-être pas le plus classique on va dire!
  • Morgane : Alors je m’appelle Morgane, je suis bretonne, je suis sur Brest, j’ai ouvert mon auto-entreprise en Février 2020 donc juste avant le nouveau monde. J’ai ouvert une entreprise qui s’appelle Morgane Facilitation et effectivement mon but c’est de faciliter la vie de mes clients, de mes partenaires. C’est vraiment le mot qui me caractérise le plus. Je suis ce qu’on appelle une slasheuse, c’est-à-dire que je cumule plein d’activités différentes qui ont des liens, j’arrive toujours à trouver un lien entre les choses, je suis passionnée : j’anime à la fois des ateliers, je suis des grands groupes ou en ligne, je suis rédactrice en cheffe d’un magazine (facilitatrice graphique) , bricoleuse et rêveuse également. Je fonctionne au défis, je me suis lancée le défis de participer au championnat du monde de lecture rapide et de mindmapping par exemple. J’ai la particularité de faire de l’accompagnement,  une sorte de coaching visuel, donc j’accompagne les clients à fixer leurs objectifs par le dessin et les mots, et ils vont voir tout ce qu’ils ont besoin pour atteindre les objectifs et tout ce qu’ils ont déjà en eux, parce que c’est ça qui est plus fort.

  • Ronja : Ok, alors effectivement nous on se connait et on en a discuté pas mal, mais c’est beaucoup de choses, donc pour rendre les choses un petit peu plus claires pour les personnes qui nous regardent, tu as de multiples talents, mais quels sont tes clients, en termes de business, quel est ton business modèle ?
  • Morgane : Alors je n’ai pas vraiment de truc établi, je fonctionne vraiment à la rencontre, au truc qui me fait vibrer, j’aime vraiment faire le lien entre les gens, les choses. Pour que ça marche, ce que je veux dans tous les cas, c’est viser la liberté, la liberté de choisir mes clients, la liberté de choisir avec qui je veux travailler, mes heures, quand, les jours parce que si je décide de travailler un dimanche, je travaille le dimanche, si j’ai envie d’accompagner ma fille à la piscine avec sa classe le mardi je le fais. Tu vois, c’est cette liberté là que je vise. Mon entreprise je la veux authentique, bienveillante, ce sont des mots qui sont importants pour moi, créatifs, collaboratifs et surtout ludiques ! J’ai besoin que quand on travaille avec moi, que ce soit par le jeu, il faut que le cerveau prenne du plaisir, c’est vraiment le truc qui me caractérise le plus, faire plaisir. 

  • Ronja : Ok. Et donc c’est qui tes clients ? Est-ce que ce sont des femmes et des hommes, des particuliers qui vont te contacter, est-ce que c’est des groupes de travail, des entreprises ?
  • Morgane : Actuellement, je travaille essentiellement avec des gens en individuel mais aussi au sein de groupes. J’ai autant de femmes que d’hommes, bien que la thématique soft skills j’ai l’impression que ça plait beaucoup aux femmes. Pour l’instant beaucoup d’individuel !

  • Ronja : Ok. Donc des personnes qui viennent parce qu’ils ne savent pas trop, ils cherchent une réorientation ? 
  • Morgane : Sur les soft skills ça peut être ça, ça peut être de la reconversion professionnelle ou recherche d’emploi, ça peut aussi être des jeunes – parce que je travaille aussi dans un lycée avec des élèves handicapées – donc c’est vraiment sur cette capacité à chercher en soit ce qu’on a déjà, à le valoriser et à en prendre conscience pour le valoriser, c’est vraiment ça que je met en avant que ce soit par mes dessins, mes ateliers ou les coachings.

  • Ronja : Parfait. Donc aujourd’hui tu fais tout ça et c’est très chouette, mais sur la question de l’entreprenariat, comment est-ce que tu es arrivée là, comment tu as eu l’idée ? Est-ce que tu as eu un moment déclencheur de te dire aller je fonce, je vais créer ma boîte, me mettre à mon compte ? Soyons honnêtes, ce n’est pas toujours facile.
  • Morgane : Ce n’est pas quelque chose que j’ai anticipé, ça c’est vraiment fait, je dirais presque “comme ça”. Les choses sont venues et finalement c’est vraiment des rencontres, et au bout d’un moment la personne a voulu me rémunérer et pour ça il fallait que j’ai un statut et c’est comme ça que ça c’est fait. Au fur et à mesure j’ai laissé cette micro micro entreprise prendre plus d’espace dans mon temps, et plus elle prenait  de l’espace dans mon temps, plus j’espère qu’elle va prendre de l’espace dans mon temps plus j’espère qu’elle va prendre de la place en termes financières aussi dans mon business. C’est vraiment comme ça qu’elle s’est installée, je ne me suis pas levée un matin en me disant que j’allais monter une entreprise. Je dirais que c’est co-construit avec les gens avec lesquels je travaille. C’est comme ça que je fais évoluer les choses, en travaillant avec l’intelligence collective, en participant à des master mind, où je vais essayer de faire avancer mon entreprise comme ça.

  • Ronja : La petite question, et tu n’es pas obligée d’y répondre si c’est trop personnel, mais qu’est ce que tu as fait avant, parce que les personnes qui regardent sur la question d’entrepreneuriat, il y a ceux qui viennent d’un métier proche, ceux qui font complètement autre chose. Souvent, les personnes sont dans un métier, ont une idée et n’osent pas forcément changer.
  • Morgane : Alors moi j’ai vraiment ce travail salarié, CDI, cette sécurité, j’étais dedans depuis 10 ans, j’avais passé une VAE pour me diplomer dans l’accompagnement des élèves en situation de handicap, et c’est toujours un métier que je fais mais j’ai réduit mon temps de travail. Je suis vraiment dans cette idée du slash, c’est vraiment multi activité qui font que le matin je peux être au lycée à accompagner un élève en évaluation, et l’après midi je peux être en visio conférence, le soir avec toi sur instagram. Tout ça, moi ça me nourrit, je suis un profil atypique et j’ai vraiment ce besoin de faire plein de choses dans ma journée, la routine c’est mon ennemi ! Quand le covid est arrivé avec l’enfermement etc, je l’ai vu comme une chance. J’ai utilisé le covid comme une chance et me dire qu’on est coincé chez nous, j’en ai profité pour me former, pour créer mon site web, pour utiliser ce temps.

  • Ronja : Génial. Effectivement, comme quelqu’un vient de le poster en commentaires, je pense que c’est quelque chose qui peut inspirer plusieurs personnes parce que tu t’es lancée pendant la crise et petit à petit, tu n’as pas abandonné entièrement le salariat, c’est quelque chose qui peut être rassurant pour certains qui n’osent pas se lancer.
  • Morgane : Oui et tout ce qui est réseautage ça prend du temps, et c’est un temps qu’il faut se donner aussi pour créer des connexions. Je pense que pour être dans un domaine il faut approcher les meilleurs et c’est ce que j’ai fait, et ça prend du temps. C’est du temps que si tu lâches tout ton boulot pour lancer quelque chose, il faut être prêt. Etant maman de deux enfants en bretagne j’étais pas sûre d’être prête à ça, et finalement avoir mon travail d’un côté et de l’autre mon autre métier, pour l’instant je trouve que c’est le bon compromis.

  • Ronja : Parfait, on reste sur ce sujet là, est-ce que tu as un conseil, quelque chose à dire à ceux qui n’osent peut-être pas ?
  • Morgane : Le conseil que je donnerai c’est de se lancer maintenant et pas demain parce que demain ça sera peut-être jamais. Si tu as ton idée, ton projet, il faut se lancer tout de suite. Par contre, il ne faut pas se lancer tête baissée, il faut le faire en parallèle de quelque chose qui te met en sécurité, que ce soit financière ou pas. Je conseil d’y mettre le plus d’énergie possible parce que ce n’est pas parce que tu as ton numéro d’auto entrepreneur que les clients vont venir, c’est beaucoup de boulot, ça demande de l’énergie, du temps. Je conseil de s’entourer de ceux qui savent, d’investir sur soi, de se former, c’est très important.Prendre le temps de créer du lien, de rencontrer des gens, que ce soit virtuel ou réel, mais prendre le temps d’installer son projet. Moi là j’ai énormément de casquettes, mais qu’est ce qui dit que dans un an ou dans deux ans il y en aurait peut être moins parce que je serai passé à autre chose ou parce qu’une chose explose,mais ça va vraiment se faire au fur et à mesure des rencontres. Je  suis vraiment dans la théorie des petits pas, un pas après l’autre, on vise un destination qu’on connait pas,l’idée c’est d’avancer, faire la 1% en plus. Donc si vous voulez vous lancer c’est aujourd’hui, pas demain !
  • Ronja : Parfait, donc finalement il y a trois conseils : se lancer, s’entourer et les petits pas. 
  • Morgane : C’est ça, et se former, se former, se former ! Toujours continuer à apprendre

  • Ronja : Parfait, notre quart d’heure touche à sa fin . Pour ceux qui se disent que tu les inspire ou qu’ils veulent faire un bilan de compétences – on va mettre bien sûr ton compte instagram dans la vidéo – mais tout le monde peut te contacter ? tout âge ?
  • Morgane : Oui, bien sûr et vous me trouvez sur instagram, sur linkedin, j’ai un site web également. 

  • Ronja : Donc, pour des enfants à partir d’un certain âge qui se posent des questions de quoi faire, des femmes, des hommes, pour tout le monde finalement !
  • Morgane : Pour ceux qui ont envie de savoir comment ils fonctionnent, ou de mieux fonctionner tout simplement, d’être plus efficace dans leur fonctionnement,ou qui veulent de la clarté et qui veulent vivre une expérience vraiment particulière.
beenhere

Retrouvez Morgane

Instagram
Site web

Votre panier est vide.