Mode éthique

Un flash back sur la semaine de la Fashion Revolution 2019

Comme vous le savez, la semaine de la fashion revolution se tient chaque année autour du 24 Avril pour commémorer la tragédie dite « Rana Plaza » où plus que 1100 personnes sont décédées et plus de 2500 blessés lors de l’effondrement du bâtiment Rana Plaza au Bangladesh en 2013.

Mais aujourd’hui encore beaucoup de consommateurs ne sont pas au courant de l’origine de leurs vêtements, sous quelles conditions et comment ils sont fabriqués et c’est pour ça que la fashion révolution reste un évènement important chaque année. Pour nous, il s’agit d’une période très chargée avec beaucoup de voyages mais aussi de belles rencontres et conférences.

Lorsque nous avons créé Bag Affair, nous savions que nous souhaitions être complètement transparentes. C’est surement un choix plus difficile mais c’était notre décision et la bonne. Bag Affair fait le choix de conditions de travail justes et d’un paiement adapté aux ouvriers. Pour assurer la transparence et même en étant une petite marque nous souhaitons pouvoir contrôler à chaque étape comment nos sacs sont fabriqués. Ainsi, nous travaillons uniquement avec des fournisseurs européens et nous fabriquons en Europe. Nous suivons une stratégie de la transparence de comment et où nos sacs sont fabriqués.

Pendant ce mois important nous avons commencé le 17 Avril avec un open studio chez Veja à Paris. Taiseer s’est déplacée pour participer à un workshop sous le titre “Is transparency just a craze?” (Est-ce que la transparence est uniquement une folie?).

C’était une expérience enrichissante avec la présence de la sociologue, ingénieur en environnement et écrivain Majdouline Sbai. Son livre intitulé“Une mode éthique est-elle possible” est devenu un incontournable du mouvement croissant de la mode alternative. Taiseer et Majdouline ont parlé des caractéristiques nobles et durables du liège utilisé dans toutes les collections Bag Affair. Cette conférence a montré l’intérêt du public, désireux d’apprendre les méthodes d’audit social des usines de Veja et des employés au Brésil. Veja ne montre pas seulement comment sont fabriquées ses chaussures mais vise une transparence totale dans la chaîne de production, jusqu’au salaire. Ils travaillent constamment sur de nouveaux projets, alors restez à l’écoute pour découvrir les surprises qui nous attendent dans les coulisses.

Dans la soirée, le label SloWeAre, Une Autre Mode Est Possible (UAMEP) et la boutique en ligne de vêtements à la mode, Dreamact, ont organisé une table ronde consacrée à «passer à l’action» dans le respect de la mode éthique [«Rencontre Créer Informer Agir # 1 – La Mode éco-responsable ”]. Arielle Levy et Eloïse Moigno se sont présentées, ainsi que trois autres marques créatives telles que nos amis de Brest Umoja Shoes, une jeune marque de mode, Atelier Unes, et les Inaden bags made in Afrique. Chaque marque a présenté son histoire et ses défis et a clôturé la soirée avec un rencontre conviviale où chacun peut se parler dans le même cadre d’éthique, de la mode, d’esprit d’entreprenariat, d’action et d’aller de l’avant. Un bonheur.

La semaine suivante, le 24 avril, Ronja était à Paris pour participer à la soirée de la Fashion Revolution France – un échange dynamique sur les moyens de rendre la mode plus transparente et les autres moyens de produire. La rencontre était organisée avec Guillaume, l’un des fondateurs du Slip Français, qui produit non seulement des slips, mais aussi des vêtements fabriqués en France et destinés à promouvoir la production locale. Tout comme Thomas fondateur de la marque de jeans 1083, ce nombre 1083 représentant la distance maximale en kilomètres de ses produits, tous conçus en France. L’upcycling était un sujet important de la soirée car la révolution de la mode ne consiste pas uniquement en une meilleure production, mais également en des modes de production alternatifs tout en veillant à moins jeter. Sakina M’sa, fondatrice de Front de Mode, utilise l’upcycling comme moyen d’inclure les personnes victimes d’exclusion et de les intégrer à la vie professionnelle et à la société. Une belle réunion montrant que la communauté de la mode équitable est en constante croissance.

Ronja et Taiseer ont toutes deux participé à une conférence universitaire le 26 avril à l’IUT de Quimper intitulée « Gagner dans la mode équitable pour un monde au-delà de la saison prochaine ». Sur environ 150 étudiants au total, seule une poignée avait entendu parler de Rana Plaza. Une toute nouvelle génération de consommateurs bien intentionnés mais non avertis sur le sujet a besoin de sensibilisation. C’est peut-être aussi une faute de l’enseignement national ou du supérieur de ne pas se focaliser sur des événements d’actualité hors de France. Nous étions heureux d’être là pour les aider à apprendre, mais surtout pour les inciter à poser plus de questions.

Nous avons terminé la Fashion Revolution week à Lyon, le dimanche 28 avril, au cours de laquelle Taiseer a participé à un événement de la mode organisé par the Greener Good, une association promouvant un mode de vie plus durable, de la nourriture à la mode. La journée comprenait une conférence de Bag Affair avec Azaadi, une marque de mode produisant avec une transparence parfaite en Inde, KLS Lunettes un producteur de lunettes fabriquées localement, ainsi que Marion, fondatrice du blog éthique Ethizedo. Les questions de l’auditoire portaient sur les raisons de la création de chaque marque et sur les raisons pour lesquelles l’industrie des aliments et des cosmétiques biologiques semblait progresser mieux que la mode éthique. L’événement à Lyon a présenté un beau défilé de mode associant toutes les marques éthiques participantes. C’était la fin parfaite de la Fashion Revolution week 2019!

La semaine est finie, mais Bag Affair continue sur son chemin. Notre énergie a toujours été forte, mais au mois d’avril, notre moral s’est envolé encore plus avec ces riches rencontres. Nous savons qu’il y a eu une augmentation statistique de l’utilisation du hashtag #whomademyclothes sur les réseaux sociaux, qui a atteint 37% par rapport à 2018 (SloWeAre).

Grâce aux efforts collectifs, modestes mais rapides, des jeunes créateurs, nous sommes en mesure de changer de paradigme et de créer une prise de conscience. Avec ce mouvement ascendant, même les grands médias tels que Vogue sont traités «de manière éthique» en avril – peu importe qu’ils soient «à la mode» maintenant ou non, nous avons besoin que tous les acteurs contribuent à la cause.

La voie vers une meilleure industrie mondiale de la mode est encore longue – continue à demander, d’où viennent  mes vêtements, mon sac ou mes chaussures. – Reste curieuse et regarde dans les coulisses! PS: Nous avons récemment lu dans un post de la marque Jan‘n June:  » Date someone who knows what April 24th is about « . Ils ont raison!

Votre panier est vide.